Actualités

News

le 24-09-2014



Marketing cross canal : une réponse adaptée au consommateur d'aujourd'hui

Imposé par l'évolution des marchés et des consommateurs, le marketing cross canal est encore complexe à mettre en place. C'est que que révèle le nouveau panorama européen d'Experian Marketing Services.

Parce que le consommateur ne fait pas de différence entre les canaux lorsqu'il interagit avec une marque, celle-ci se doit de le traiter comme un interlocuteur unique et de lui envoyer des messages pertinents quel que soit le bon point de contact, et au bon moment. Facile à dire et à comprendre, plus complexe à mettre en place.

L'infographie ci-dessus reprend certains des résultats obtenus par la société Experian Marketing Services, qui a interrogé en ligne plus de 200 marketers à travers l'Europe(1). Les questions portaient notamment sur les types de canaux qu'ils utilisaient pour toucher leurs clients, l'efficacité qu'ils leur attribuent, les solutions et scénarios marketing utilisés, ou encore les perspectives en matière de cross-canal.

Il ressort, entre autres, que :
◾Les marketers utilisent en moyenne 7,5 canaux différents pour interagir s'adresser à leurs consommateurs
◾Les trois canaux les plus utilisés sont l'email (95,3%), le site internet (91%) et les réseaux sociaux (73,4%)
◾Le classement par rentabilité diffère puisque les cinq canaux en tête sont le site internet, le centre d'appels, le site ou l'appli mobile, l'email et la notification push
◾Seulement 57,6% des organisations disposent d'une base de données unique pour gérer ses données de contacts
◾Plus d'un tiers des interrogés (38,1%) a une vue tronquée de leurs clients, canal par canal
◾Si 62,2% des organisations se disent en mesure de déployer des campagnes de marketing en cross-canal, seulement 20,5% d'entre elles s'appuient des solutions d'exécution

(1) L'enquête a été réalisée entre le 3 juillet et le 25 août 2014, auprès de 237 marketers interrogés en ligne dans plusieurs pays européens (France, Allemagne, Espagne, Pays-Bas).

Source : www.e-marketing.fr



News

le 20-05-2014



Comment utiliser les couleurs dans vos e-mails ?

Avec la popularité des e-mails marketing, il est important que votre e-mail soit aussi convaincant que possible. Et si vous faisiez la différence par une bonne gestion des couleurs dans vos e-mails ?

Ça y est, vous avez fait le plus dur, vous avez choisi un objet percutant et un sujet qui donnent envie d'ouvrir votre message. Seulement le travail n'est pas encore fini ! Si les gens ouvrent vos e-mails, encore faut-il qu'ils les lisent en entier et qu'ils aient envie de cliquer sur les liens. La psychologie des couleurs n'est pas nouvelle mais son application dans toutes les branches du marketing est assez récente.
En quoi consiste-t-elle ? Nous associons naturellement différentes couleurs avec différentes émotions. Les entreprises avisées peuvent tirer parti de ces associations afin de susciter l'envie, la confiance et afin de faire plaisir à leurs clients. (...)

lire la suite de l'article (source journaldunet.com)



News

le 06-05-2014



Les Français sont 66% à s'estimer plus méfiants dans leur «vie de consommateur»

Les Français sont 66% à s'estimer plus méfiants dans leur «vie de consommateur» par rapport à 2009, même s'ils ne mettent pas toutes les professions dans le même sac, selon un sondage publié mardi par le mensuel 60 Millions de consommateurs et réalisé par Mediaprism.

Une méfiance qui s'exprime majoritairement à l'égard des agents immobiliers (83%), assureurs (78%) et opérateurs téléphoniques et fournisseurs d'accès internet (74%), les trois professions qui suscitent le plus de mécontentement chez les consommateurs, devant les banquiers (72%).

«Virtuoses des frais cachés, adeptes de la relation anonyme avec le client, rien de bien étonnant à ce qu'on les retrouve en queue de palmarès avec des scores de défiance impressionnants», estime ainsi le mensuel.

A l'inverse, les professions médicales, médecins (91%), pharmaciens (87%) et chirurgiens-dentistes (76%) sont, avec les petits commerçants (87%) les professions disposant du plus fort crédit parmi les consommateurs.

Des résultats que le magazine relativise cependant, précisant que pour les médecins, «27% des Français leur font tout à fait confiance et 64% se contentent de leur faire plutôt confiance».

Parmi les raisons qui poussent les consommateurs à la méfiance, les pratiques commerciales sont parmi les premières citées, 82% des personnes interrogées estimant que les vendeurs cherchent avant tout à influencer leurs choix plutôt que de donner des conseils sincères.

Egalement mise en avant, l'obsolescence programmée est montrée du doigt, 92% des sondés estimant que les produits électroménagers ou de nouvelles technologies sont conçus pour ne pas durer.

En revanche, ils sont 55% à avoir confiance dans la vente sur internet, vue comme «un moyen pour le consommateur de mieux acheter, de ne pas tomber dans certains pièges».

Une confiance qui devient quasi totale dès lors qu'un site dispose d'un système de paiement sécurisé (pour 94% des sondés) ou d'un service client (85%).

Enquête réalisée entre le 28 février et le 4 mars en ligne auprès de 1020 personnes de 18 ans et plus représentatives de la population française



News

le 25-03-2014



Le futur de l’e-commerce ? La technologie !

L’e-commerce a entamé sa seconde vie depuis 18/24 mois. Celle d’une certaine maturité, celle où le développement est moins fluide, moins évident. Une lueur d’espoir tout de même : les solutions technologiques récentes qui ouvrent de formidables opportunités !

Jusqu’à il y a peu, les nouveaux internautes et a fortiori les nouveaux acheteurs en ligne arrivaient chaque année en nombre suffisant pour permettre aux marchands en ligne de connaître des croissances fulgurantes et insolentes. C’était la ruée vers l’or. L’e-commerce devrait supplanter tous les autres canaux. Mais ça, c’était avant.
La situation actuelle est beaucoup plus challenging pour les marchands en ligne.
Plusieurs raisons à cela :
1/ Le nombre de nouveaux internautes augmente très peu dorénavant, tout comme celui des e-acheteurs. Les clients deviennent donc plus onéreux à acquérir.
2/ Il y a de plus en plus d’offres et de nouveaux sites marchands. Plus de 20 000 nouveaux sites rien qu’en 2013 selon la FEVAD !
3/ Les clients sont plus que jamais des zappeurs, impossible de les faire venir via une offre attractive mais peu rentable pour le marchand dans l’objectif de se rattraper par la suite sur les autres commandes.
4/ Les clients sont des professionnels de la comparaison et le concurrent n’est qu’à un clic. Du coup, la guerre des prix fait rage et le panier moyen baisse, mois après mois.

En conséquence les plupart des e-marchands doivent maintenant aller chercher la croissance et la rentabilité avec leurs tripes. Car augmenter son CA, cela impose maintenant de prendre des parts de marchés à ses petits copains et de les écraser. La vraie vie en somme !
La semaine dernière, au salon E-commerce One2One de Monaco, le RV des décideurs de l’e-commerce, si ces défis restaient en mémoire, tout le monde était plutôt positif et surtout concentré.
Car les technologies proposées par nombre d’éditeurs apportent des opportunités de croissance réelles et permettent enfin d’obtenir une connaissance du client inégalée !

lire la suite de l'article (source journaldunet.com)



News

le 25-03-2014



Les trois tendances majeures de l'e-mail marketing en 2014

L’émergence du mobile, l’e-mail retargeting et l’email-to-store ont radicalement changé la façon d’envisager les campagnes emailing. Or 56% des entreprises prévoient d’augmenter leur recours à l’e-mail marketing en 2014. Tour d’horizon de ces nouvelles tendances.

#1 E-mail marketing et mobile
La consultation en mobilité explose. Aujourd’hui, 64% des internautes consultent leurs mails sur mobile ou tablette. Il est donc devenu impératif de connaître son taux d’audience emailing. Si ce dernier est supérieur à 10%, il est temps de prendre les bonnes décisions. Le recours au responsive design devient une nécessité. Votre campagne emailing ne doit plus être pensée pour être uniquement consultée sur un écran d’ordinateur mais aussi sur un smartphone ou depuis une tablette.
En parallèle, il faut repenser la hiérarchie de vos informations. Sur un écran mobile, vous n’avez pas l’espace pour convaincre vos utilisateurs avec des tonnes de texte. Votre page doit donc être concise et précise. De plus en plus d’e-mail marketers utilisent pour la rédaction de leur email une pyramide inversée. Cette mise en forme vient du monde du journalisme, le principe est de commencer par l’essentiel, puis d'aller du plus important vers le moins important.
On parle aujourd’hui du responsive design comme d’une nouvelle tendance. En effet, seulement 11% des emails sont optimisés sur mobile. Pourtant, 69% des utilisateurs mobiles suppriment les emails non-optimisés sur mobile. Ainsi, le responsive design ne devrait plus être une tendance mais un standard !
#2 E-mail retargeting
Il ne faut surtout pas manquer le coche du retargeting. Les internautes étant de plus en plus exigeants, ils sont aujourd’hui prêts à accepter les communications des marques mais sous réserve de mesure et de pertinence. C’est donc la pertinence de l’e-mail marketing qui fera la différence. L’e-mail retargeting apparaît comme la solution, car il propose à son destinataire une offre personnalisée, en se basant sur les produits auxquels le consommateur s’est intéressé sur le site d’une marque.
Pourtant, le retargeting par e-mail n’a pas encore été véritablement adopté. Aujourd’hui, la grande majorité du retargeting se fait par display, comme en atteste la notoriété d’entreprises comme Criteo ou Adroll. Pourtant, l’e-mail marketing est un autre moyen de faire du retargeting, tout aussi voire plus efficace. Une étude récente de Forrester Research a révélé que l’e-mail retargeting génère près de 4 fois plus de revenus et 18 fois plus de bénéfices nets comparés au marketing qui n’utilise que des envois non ciblés. D’ailleurs, les internautes reconnaissent d’ores et déjà les efforts menés par les professionnels pour développer des contenus pertinents. L’e-mail n’est donc pas mort, l’e-mail retargeting est son avenir. Une expansion encore plus forte du retargeting est à prévoir en 2014 !
#3 Email-to-store
D’après l’étude du SNCD parue en septembre 2013, l’email-to-store est l'une des tendances émergentes des campagnes emailing. L’email-to-store est en fait une technique dans laquelle l’email marketing va tenter d’amener le prospect non pas sur site, mais dans un magasin. Aujourd’hui, 78% des internautes comparent les marques en s’informant depuis leur ordinateur ou leur smartphone avant de se déplacer en magasin. Face à l’évolution du parcours d’achat des internautes où les frontières entre commerces en ligne et physique s’estompent, l’email-to-store est un outil marketing efficace.
Pour réussir à déplacer le prospect, il faut que l’e-mail ait une certaine valeur ajoutée. Cela peut être celle de réserver un produit en magasin pour les fêtes de Noël, une vente privée, un rendez-vous avec un conseiller ou tout simplement un coupon de réduction. L’email-to-store permet de relever les nouveaux défis qui s’imposent aux commerçants : il assure une proximité avec les consommateurs et répond aux nouveaux comportements ainsi qu’à la mobilité des consommateurs. L’e-mail marketing influence 71% des consommateurs en magasin à acheter.

Que faut-il tirer de ces 3 nouvelles tendances ? Tout simplement que l’e-mail n’est pas mort. D’ailleurs, pour conclure, voici un dernier chiffre illustrant ces nouvelles tendances : le nombre de lecteur d’e-mail va passer d’ici 2017 de 2,42 milliards à 2,76 milliards.

(source journaldunet.com)



News

le 20-02-2014



Auchan adapte ses rayons sur les conseils des clients

En utilisant un outil d'analyse sémantique, Auchan recueille et analyse les commentaires des clients sur le magasin, les gammes et les produits. L'enseigne fait profiter ses category managers de cette connaissance afin qu'ils adaptent l'offre aux attentes des consommateurs.

Parce que les clients qui viennent dans ses magasins ont des suggestions et des demandes à faire à propos de leur expérience d'achat, Auchan a décidé de capitaliser sur leur voix pour mieux satisfaire leurs attentes. " La culture de notre enseigne repose sur l'écoute du client et le dialogue. Nous avons donc cherché à recueillir au mieux leurs commentaires de façon à adapter notre offre et nos services ", avance Jérôme Desreumaux, directeur de la relation client chez Auchan.
lire l'article complet (source e-marketing.fr)



News

le 10-02-2014



BW CONSEIL a repris la société EXOS INTERIM

BW CONSEIL renforce et complète ainsi son activité de conseil avec les métiers du recrutement et de l’intérim.

La reprise par BW CONSEIL va donner un nouveau souffle à EXOS INTERIM, agence spécialisée depuis plus de 12 ans dans le recrutement et la délégation de personnel tertiaire sur la région Ile de France (postes administratifs, marketing, commerciaux, comptables et financiers…).

Avec EXOS INTERIM, Sylviane BEJOINT et Christian BEGHYN souhaitent désormais proposer une offre complète intégrant LE CONSEIL, LE RECRUTEMENT - LA DELEGATION DE PERSONNEL et LA FORMATION.

Premières mesures : EXOS INTERIM devient « EXOS », symbole d'une expertise plus globale en matière de RH ; le logo et la charte graphique rajeunies s'adaptent également à ce nouveau positionnement et le site web est totalement refondu ; et d'autres nouveautés sont à venir bientôt...

EXOS INTERIM gère chaque année plus de 1500 contrats de missions différents : commercial terrain ou sédentaire, chargé de clientèle, assistant chef de produit, chargé de recouvrement, juriste, assistant de direction, technicien informatique, hotliner helpdesk, comptable et services généraux, opérateur de saisie, assistant RH…

68 % des clients sollicitent EXOS depuis plus de 10 ans pour résoudre leurs problématiques de sourcing et de surcroit d’activité.
Visitez notre site web : www.exos-interim.com



News

le 10-02-2014



Les internautes et les bons de réduction en magasin

Dans cette infographie, Bons-de-Reduction.com, site de réduction en ligne, en partenariat avec CCM Benchmark Panel, illustre le comportement et les attentes des internautes vis-à-vis des coupons de réduction utilisables en magasin.
(source chef d'entreprise.com) lire l'article complet



News

le 10-02-2014



COMMENT CREER LE BUZZ AVEC UNE OPERATION DE STREET MARKETING

Technique de communication très en vogue, le street marketing permet à toute entreprise désireuse de promouvoir son offre d'interpeller les passants dans la rue. Tour d'horizon de cinq actions qui ont engendré de grands effets... avec de petits budgets.

Comment créer le buzz avec une opération de street marketing
Le street marketing TM, également appelé "Guerilla Marketing", est une tendance de communication née au début des années 2000, qui consiste à interpeller les passants dans la rue ou dans les espaces publics afin de promouvoir une nouvelle offre et de créer un capital sympathie autour d'une marque. Pourquoi ce concept cartonne ? "Les consommateurs sont saturés de la publicité. Ils reçoivent 6 000 messages publicitaires par mois. Le street marketing permet de se différencier", confie Marcel Saucet, docteur en marketing, professeur et chercheur associé à l'université de San Diego et auteur de l'ouvrage Street Marketing. De nombreuses marques se sont essayées à cette forme de marketing : SNCF, Ralph Lauren, Haribo, Red Bull... Vous souhaitez vous inspirer des plus grands ? Voici quelques idées d'actions à mettre en place à moindre frais, le budget global d'une campagne de street marketing étant compris entre 1 000 et 30 000 euros.
lire l'article complet



News

le 22-01-2014



FAUT-IL EXTERNALISER LES EQUIPES COMMERCIALES TERRAIN ?

Si la présence terrain reste le maitre mot pour gagner la bataille du linéaire, une stratégie de différenciation s'impose désormais : par enseigne, par réseau, par période, par emplacement…
Comment combiner tous ces impératifs sans démultiplier à l'infini le nombre de commerciaux : développement généralisé des concepts de proximité dans les enseignes, forte saisonnalité de certains produits, lancements de produits, nécessité d'amener une valeur ajoutée croissante au point de vente (conseil, formation…).
Il faut repenser l'organisation commerciale terrain, car on ne peut plus se contenter d'avoir une approche mathématique des forces de vente en mesurant l'effort au nombre de visites et à la taille des équipes, sans prendre en compte la valeur des actions…
Et à ce niveau l'externalisation commerciale peut apporter une réponse en bâtissant des forces commerciales à géométrie variable.
Mais la décision d'externaliser ou non tout ou partie des forces commerciales demande une analyse stratégique pointue…..pour concilier les contraintes de performance interne de plus en plus élevées, avec les exigences croissantes des clients.
Pour en savoir plus, pour en discuter ... contactez BW CONSEIL



[ Page : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 ]

BW CONSEIL - 25, rue du Maréchal Foch - 78000 VERSAILLES - 09 82 61 79 44

© BW conseil 2012 - tous droits réservés - Mentions légales

Site conçu et réalisé par M.SLOOP, studio de création